Les autorités Marocaines et le spectre du Prix Shakharov/ Ahmed Benseddik

Le Rappeur Mouad Belghouate

Mardi 7 octobre 2014, le Pouvoir Marocain n’aime pas cette date, il la déteste même, comme il déteste tout miroir qui lui renvoie son image, que des tonnes de cosmétiques n’arrivent pas à embellir. Il aimerait bien dormir le soir du lundi 6 octobre et se réveiller le matin pour découvrir qu’on est le mercredi 8 octobre et que le mardi 7 octobre a simplement disparu par magie.

En effet, le mardi 7 octobre est la date qu’a choisie le parlement Européen pour sélectionner les trois finalistes du Prix Sakharov 2014 pour la liberté de l’esprit, sachant que le vainqueur sera annoncé jeudi 16 octobre.

Pour un régime qui n’est pas très ami avec la liberté et encore moins celle de l’esprit, son inquiétude trouve du sens.

Le choix des trois finalistes se fera parmi les sept nominés (à titre individuel ou au sein d’une liste) qui ont été présentés le 23 septembre dernier. On y trouve en particulier le jeune rappeur Marocain, Mouad Belghouat, plus connu sous le nom d’Elhaqed,emprisonné trois fois pour avoir osé exercer son talent et exprimer par son art les aspirations de sa génération à une vie digne. Il a quitté la prison il y a quelques jours en attendant un jugement en appel le 13 octobre.

Les autres candidats qui ont été choisis par les groupes parlementaires européens ont des trajectoires différentes mais se rejoignent pour défendre la cause des droits de l’Homme.

On y trouve, à titre d’exemple, Mahmoud Al’Asali, professeur de droit à l’Université de Mossoul, tué en juillet dernier après avoir défendu le droit des chrétiens, dont le nom est soumis par le groupe des Conservateurs et Réformistes européens, en même temps que Louis Raphael Sako, né en Irak et patriarche de l’Église catholique chaldéenne.

De son côté, le groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte a nominé les rappeurs Mouad Belghouate et Ala Yaacoubi (Weld El 15 en Tunisie) ainsi que le blogueur égyptien et activiste politique Alaa Abdel Fattah.

Ala Yaacoubi a été condamné en juin 2013 à deux ans de prison ferme pour avoir offensé la police dans une chanson, au moment où il était déjà sous le coup d’une peine de deux mois de prison pour un autre clip similaire. Il a encore été condamné il y a quelques semaines à quatre mois de prison.

Par ailleurs, le groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) et le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe a choisi de présenter la candidature de Denis Mulwege, un gynécologue congolais spécialisé dans le traitement des victimes de viol et fondateur de l’hôpital Panzi à Bukavu (Congo).

Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, d’une valeur de 50.000 euros, est décerné chaque année par le Parlement européen. Il a été créé en 1988 pour honorer des personnalités collectives ou individuelles qui s’efforcent de défendre les droits de l’homme et des libertés fondamentales. Malala Yousafzai a remporté le prix l’année dernière pour son combat pour l’éducation des filles au Pakistan.

Le groupe Gauche unitaire européenne / Gauche verte qui a proposé les rappeurs marocain et tunisien, en plus de l’activiste égyptien, est très conscient que depuis le déclenchement du Printemps Arabe, l’Union Européenne n’a pas été à la hauteur de ses valeurs de démocratie et de liberté. Elle a apporté peu de soutien aux jeunes qui battaient le pavé pour réclamer justice et dignité. Les gouvernements européens, trop pragmatiques et obsédés par la phobie aveugle de l’islamisme, ont plutôt penché pour les contre révolutions et les réformes superficielles. Dans le cas du Maroc, l’Union européenne n’a exprimé aucune inquiétude à propos de l’affaire du journaliste indépendant Ali Anouzla, accusé de faire l’apologie du terrorisme, alors que les ONG les plus célèbres du monde comme RSF, HRW ou Amnesty ont exprimé leur solidarité avec lui et leur indignation face à son arrestation abusive et la suspension arbitraire des sites Lakome dont il dirige la version arabophone.

Le choix de Mouad Belghouate est en soi un premier affront pour les autorités et le gouvernement de Rabat. Si, le 7 octobre prochain, sa liste est sélectionnée parmi les trois finalistes, l’affront sera encore plus douloureux, et si, le 16 octobre, il gagne le Prix Shakharov, l’affront se transformera en une belle gifle. Elle rappellera l’octroi par l’ONU en 2013 du Prix des droits de l’Homme à Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’Association Marocaine des Droits Humains et actuelle secrétaire générale de la jeune association Freedom Now, Comité de protection de la liberté de presse et d’expression au Maroc.

Alors que Freedom Now se débat avec une justice aux ordres pour arracher la reconnaissance légale de sa constitution, l’AMDH vit depuis des mois au rythme du harcèlement et de l’interdiction illégale de ses activités, dont la dernière est une conférence sur les Médias et la Démocratie prévue ce samedi 27 septembre. La veille, le président de l’Union Marocaine de la Presse Electronique, Abdallah Aftat a publié une lettre de démission, en guise de protestation contre les agissements des autorités. Après avoir rappelé que « les autorités enchainent les attaques à l’encontre des expressions médiatiques, en particulier au niveau des médias numériques », et qu’elles « utilisent différents instruments pour punir tous ceux qui ont choisi une ligne éditoriale qui dérange le pouvoir: procès, harcèlement, arrestations et suspension », il s’indigne contre le projet de Code de la presse liberticide concocté par le Ministère de la Communication et interpelle le roi pour qu’il assume ses responsabilités dans cette mascarade.

Il y a quelques jours, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane prononçait docilement à l’assemblée générale de l’ONU un discours du roi du Maroc, dans lequel ce dernier se permet de donner des leçons à l’humanité entière à propos du développement durable, et ne cache plus sa nervosité contre les multiples indices et classements internationaux, qui, plus têtus les uns que les autres, se succèdent pour mettre à nu l’échec de sa gouvernance depuis quinze ans.

Heureusement qu’il se trouve encore dans le monde quelques âmes charitables pour rappeler qu’il est plus raisonnable de savoir balayer devant sa porte.

مقالات ذات صلة

By 

Sign In

Reset Your Password