Tirs à la frontière : Rabat demande une « enquête » à Alger

Drapeau marocain et algerien

Le Maroc a réitéré, mardi 28 octobre, sa demande d’ouverture d’une« enquête » au « sujet des tirs par l’armée algérienne sur des civils près de la frontière », a déclaré le ministre des affaires étrangères. Le chef de la diplomatie du royaume réclame à Alger la mise en place d’une commission dont la mission serait de mettre au clair les circonstances de cet incident.

Rabat avait dénoncé le 18 octobre des tirs de l’armée algérienne à la frontière commune qui ont blessé selon lui un citoyen marocain. Le gouvernement avait convoqué l’ambassadeur algérien dans la capitale et réclamé que l’auteur des tirs soit « traduit en justice ». Alger avait pour sa part démenti, accusant les autorités marocaines de « manipulation des faits ».

FRONTIÈRE FERMÉE

Les relations entre les deux pays du Maghreb sont mauvaises et connaissent régulièrement des crispations. La frontière entre les deux pays est fermée depuis août 1994 et un attentat à Marrakech, dont le royaume avait rendu responsables les services de renseignement algériens. Pays producteur de pétrole, l’Algérie a décidé unilatéralement de renforcer ses patrouilles et de creuser des tranchées contre le trafic de carburant. Le Maroc a de son côté lancé la construction, sur une partie de la frontière, d’une « clôture » équipée de « capteurs électroniques » pour se « protéger des menaces terroristes ».

مقالات ذات صلة

By 

Sign In

Reset Your Password